Tendinites : causes, traitements et prévention

Tendinite du bras

Tennis, vélo, course à pied, football et même au travail… quelle que soit votre activité physique, vous pouvez avoir une tendinite.
Elle est le résultat d’une fatigue importante au niveau des tendons. Et elle peut provoquer des douleurs très vives à différents endroits du corps.
Des traitements existent et il est possible de les éviter grâce à certaines précautions.
Si ce sujet vous intéresse, alors vous devriez lire notre article pour tout savoir sur les tendinites.

Définition de la tendinite
Les tendinites ou tendinopathies couvrent l’ensemble des pathologies qui affectent les tendons.
Ces structures fibreuses, qui relient les muscles aux os, peuvent en effet être sujettes à une fatigue si importante, qu’elle provoque des douleurs persistantes et intenses.
Toutes les parties du tendon peuvent être affectées et d’ailleurs on distingue les tendinoses, les paraténonites et les ténosynovites, selon l’emplacement exact du problème.

Les différentes causes d’une tendinite
Les causes d’une tendinite peuvent être multiples. Mais vous êtes susceptibles d’en avoir, si vous êtes dans l’un des cas suivants :

Si vous effectuez des gestes répétitifs
Que ce soit en pratiquant un sport ou lors d’une activité professionnelle, telle que le travail à la chaîne, les gestes répétitifs provoquent à la longue des tendinites. Tendinite du coude, du poignet ou du genou, ce trouble affecte les sportifs comme les travailleurs, même s’ils sont au bureau…

Si vous faites du sport sans vous échauffer
Pratiquer un sport sans s’échauffer alors que vos tendons sont fortement sollicités, peut entraîner des tendinites avant, pendant ou après l’effort. D’ailleurs, le fait de ne pas s’étirer après un exercice physique peut conduire à une altération notable des tendons.

Si vous êtes déshydraté(e)
Dans certains cas, la déshydratation peut provoquer une mauvaise irrigation des muscles et des tendons. Alors, s’ils sont trop sollicités, il est probable qu’une tendinite apparaisse.

Si vous êtes âgé(e) ou sédentaire
Avec le temps, l’âge et la sédentarité fragilisent les tendons. Ces derniers perdent peu à peu leur élasticité et leur souplesse, ce qui augmente considérablement le risque de tendinopathie.

Des pathologies métaboliques peuvent causer des tendinites
Le diabète, le cholestérol ou encore le tabagisme, qui entraîne l’obstruction des vaisseaux peuvent provoquer une usure progressive du tendon et donc l’apparition de tendinites.

Les différentes formes de tendinite

Les tendinites ont toutes un degré de gravité variable.
Mais la souffrance du tendon peut apparaître au niveau de chaque organe du corps.
Par exemple, il est fréquent de souffrir d’une tendinite au niveau :
• du genou
• de la hanche
• du coude
• de la cheville
• de l’épaule
• des mains
• du poignet
• des pieds
• des adducteurs

Les symptômes d’une tendinite
La tendinite peut survenir à tout moment !
Avant, pendant ou même après quelques minutes d’exercice.
Les symptômes varient selon l’importance de l’atteinte et la zone du corps touchée.
Dans tous les cas, elle se caractérise par une douleur, qui apparaît en étirant le membre ou en s’appuyant dessus.
Si son stade est avancé, elle peut provoquer des élancements même en phase de repos.
Il arrive également que l’on constate une inflammation localisée qui se traduit par une peau rouge et chaude. Parfois elle s’accompagne d’un œdème, voire même d’un gonflement et d’une réduction de la mobilité.
Si les soins sont inadaptés, alors la tendinite peut devenir chronique, entraînant une raideur et une fragilisation du tendon.

Comment soigner une tendinite ?

Heureusement, il existe de nombreux moyens de guérir une tendinite. Chaque traitement médical est à adapter selon l’importance et de localisation de la pathologie. Ainsi, le médecin a le choix de prescrire l’un des traitements suivants :

  1. Prendre des comprimés anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour calmer la douleur.
  2. Rester au repos.
    Il est important de souligner que le repos ne signifie pas l’inactivité totale sous peine de raidir totalement l’articulation. En fait, il faut s’assurer de fournir un effort en dessous du seuil douloureux pour guérir tout en gardant la forme.
  3. Avoir recours à des injections de corticoïdes.
    C’est une solution efficace en cas de tendinite chronique. Combinées à des anti-inflammatoires, les injections (ou infiltration de cortisone) permettent de soulager la douleur de façon transitoire.
  4. Utiliser des techniques non médicamentées comme les ultrasons ou les traitements interférentiels peuvent atténuer la douleur et calmer l’enflure.
  5. Recourir à la chirurgie.
    Ce traitement est requis si et seulement si les tendons sont déchirés et que toutes les solutions thérapeutiques (médicaments, infiltrations, massages, cryothérapie, ondes de choc…) n’ont pas fonctionné.
  6. Des séances de kinésithérapie et d’ostéopathie. Une fois que la douleur et l’inflammation sont moins intenses, alors la kinésithérapie est utile pour rééduquer la partie du corps endommagée grâce à des exercices de souplesse, de renforcement musculaire et d’étirement. L’ostéopathie, quant à elle, permet de déterminer l’origine de la tendinite et de prévenir les récidives.
  7. De façon plus naturelle, et en plus des séances de kinésithérapie et/ou d’Ostéopathie, vous pouvez utiliser des gels de soins, comme ils le font souvent les professionnels de la santé. Ces gels de soins sont en général à base d’huiles essentielles comme l’Arnica, le Camphre, l’Harpagophytum et bien d’autres comme le thym, le Romarin. Il est également possible voir même recommander d’appliquer des cataplasmes d’Argile verte quotidiennement.

Comment éviter les tendinites ?
Avec du repos et un traitement adapté, une tendinite disparaît au bout de quelques semaines. Mais pour éviter qu’elle ne réapparaisse pas, il existe certaines précautions à prendre :

  • S’échauffer avant et après l’effort, pour chauffer et assouplir les tendons
  • Faire régulièrement des pauses pendant un effort
  • Avoir une meilleure posture
  • Eviter de pratiquer un sport dans des conditions extrêmes (grand froid, neige, forte humidité…) ;
  • Éviter les gestes trop répétitifs au travail et dans la pratique sportive.

Claquage musculaire au sport

Claquage musculaire

Claquage musculaire : causes, traitements et prévention

Le claquage est un accident musculaire très fréquent chez les sportifs mais pas seulement.

A la suite d’un effort physique brutal ou trop intense, des déchirures plus ou moins importantes peuvent se créer au niveau des fibres musculaires.

Elles provoquent de vives douleurs et doivent être soignées pour éviter des complications.

Plusieurs traitements existent et il ne faut pas négliger cette phase de guérison souvent longue.

Si ce sujet vous intéresse, alors vous devriez lire notre article pour tout comprendre sur le claquage musculaire.

Définition du claquage musculaire

On appelle claquage musculaire, l’ensemble des déchirures ou la rupture des fibres d’un ou plusieurs muscles.

Le claquage correspond donc à une élongation traumatique avec destruction partielle d’un muscle et éventuellement d’un tendon.

Les différentes causes d’un claquage musculaire

Le claquage représente un accident très fréquent chez les sportifs. Les ischio-jambiers situés à l’arrière de la cuisse sont les plus touchés chez les coureurs de demi-fond et de fond. Mais les mollets, les biceps et les cuisses ne sont pas épargnés par ce type d’incident quel que soit votre âge.

D’ailleurs, les origines d’un claquage musculaire ou d’une déchirure sont nombreuses et variées.

Parmi les causes principales, on peut citer :

  • La contraction rapide et violente ou le choc d’un muscle contracté
  • Le manque de souplesse
  • Une blessure qui a mal été soignée, comme une élongation ou une ancienne déchirure
  • Une fatigue musculaire localisée et importante
  • Un exercice physique excessif et très violent
  • Un entraînement ou un échauffement insuffisant ou mal réalisé.

Les symptômes du claquage

Si vous êtes victime d’un claquage, alors vous ressentirez certains symptômes caractéristiques et qui doivent vous alerter.

Tout d’abord, une douleur vive, comme un coup de poignard. Elle apparaît de façon instantanée et violente pendant l’activité physique. Certains même affirment entendre et ressentir une réelle sensation de claquage à l’intérieur du muscle.
Dans ce cas, l’arrêt immédiat de l’exercice est conseillé.
Par la suite, un hématome ou un gonflement voire un oedème peut apparaître.

Malheureusement il sera accompagné d’une douleur, qui ne s’estompe pas. Cette gêne est présente même au repos et elle réduit considérablement les facultés motrices au niveau du muscle concerné.
Il faut alors consulter un médecin rapidement, car seule la palpation permettra de révéler que votre muscle a claqué. En effet, le spécialiste se rendra vite compte si le muscle n’a changé de forme, ou s’il y a un relief anormal.
Alors, il faudra pratiquer une échographie pour évaluer l’importance de la lésion.

Comment soigner un claquage musculaire ?

Pour connaître, la meilleure façon de soigner une défaillance musculaire avec lésion, la première étape est d’obtenir un avis médical. Sur la base d’un diagnostic approfondi, le médecin pourra vous prescrire :

  • Un repos total du muscle pendant au moins 30 jours
  • Des séances de kinésithérapie ainsi que l’absorption d’anti-inflammatoires ou de décontracturants. Le kiné pourra vous appliquer et vous recommander l’emploi de gel de soins à base d’huiles essentielles.
  • De réaliser un bandage serré ou une contention non adhésive pour éviter l’apparition d’un hématome important
  • L’application de sprays réfrigérants ou de compresses froides pour soulager la douleur.

Le chaud et les massages sont à proscrire dans ce genre de situation.

D’ailleurs, une déchirure qui ne serait pas correctement soignée pourra entraîner d’autres blessures plus graves, telle que la rupture totale du muscle.

D’autre part, si l’hématome s’aggrave, alors cela peut engendrer une infection, voire une mauvaise cicatrisation ou une calcification qui fragilisera la fibre musculaire.

Ces aggravations montrent bien l’importance de se soigner efficacement et sérieusement.

Comment éviter les claquages et les déchirures ?

Pour éviter les claquages et les déchirures musculaires, il est important de suivre ces quelques conseils :

  • Echauffez vous méthodiquement en pratiquant des étirements avant et après l’effort
  • Suivez un entraînement progressif et adapté à vos capacités
  • Hydratez vous régulièrement et alimentez vous saintement.

Le claquage musculaire, ce qu’il faut en retenir…

Le claquage musculaire peut arriver à n’importe qui.
Quel que soit votre âge ou votre condition physique, vous pouvez en être victime.
Si c’est le cas, alors il ne faut surtout pas le prendre à la légère, car les complications peuvent être lourdes.
Toutefois, un échauffement sérieux, des entraînements sans excès, une alimentation saine et un repos musculaire entre chaque séance, vous protégeront efficacement de ce type d’accident musculaire.